Je n’ai pas d’apport ... Je peux quand même devenir propriétaire ?

Disposer d’un apport personnel est très recommandé lorsque l’on souhaite obtenir un prêt immobilier. Mais cela peut s’avérer compliqué si l’on est primo-accédant ou que l’on ne peut pas compter sur la solidarité familiale. Il est pourtant possible de devenir propriétaire sans passer cette case. Voici comment faire.

Profitez du nouveau prêt à taux zéro (PTZ)

Entré en vigueur en janvier dernier, la nouvelle version du prêt à taux zéro permet aux primo-accédants (ou à ceux qui n’étaient pas propriétaires de leur logement les deux dernières années) d’obtenir un prêt plus facilement. En effet, les banques assimilent le PTZ à un apport. Non content de toucher davantage d’aspirants propriétaires, le PTZ a vu ses effets amplifiés. Les plafonds de ressources pour en bénéficier ont ainsi été relevés et jusqu’à 40 % de l’opération immobilière peuvent désormais être financés. Si vous achetez votre résidence principale dans l’ancien, sachez toutefois qu’il vous faudra réaliser d’importants travaux d’amélioration (25 % du coût total de l’opération).

Achetez en « TVA ANRU »

Autre dispositif permettant de pallier l’absence d’apport personnel, l’acquisition d’un logement neuf en zone ANRU (pour « Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine »). Pour peu que vous respectiez le plafond de ressources, acheter un logement neuf pour en faire votre résidence principale dans un quartier prioritaire vous fera bénéficier d’une TVA à taux réduit : 5,5 % au lieu de 20 %. Cerise sur le gâteau, les effets de la « TVA ANRU » peuvent se cumuler avec le PTZ.

Bénéficiez d’aides locales

Il n’est pas rare que des collectivités locales proposent des aides pour acheter un logement neuf en ZAC (« Zone d’Aménagement Concerté »). Selon vos ressources, vous pourrez bénéficier d’une accession à la propriété à prix social ou à prix maîtrisé. En couvrant les frais de notaire, le montant de la subvention que vous vous verriez accorder ferait alors office d’apport personnel.

Optez pour un prêt conventionné

L’État a mis en place des prêts spéciaux permettant aux foyers les plus modestes de se passer d’apport personnel. Dans le cas d’un PLSA (Prêt Social Location-Accession), un locataire pourra devenir propriétaire du logement qu’il occupe. Quant au bénéficiaire d’un PAS (Prêt d’Accession Sociale), tout en achetant son logement, il continuera de bénéficier des APL.

Jouez la carte du prêt catégoriel

Sous certaines conditions, salariés, fonctionnaires mais aussi retraités ont la possibilité de souscrire un prêt à des conditions préférentielles et de financer ainsi une partie de leur acquisition immobilière.